Les périodes de semis

Partager sur facebook
Partager sur email

Partager cet article

LES LÉGUMES D’AUTOMNE / HIVER, PRIMORDIAUX SUR UNE FERME EN CIRCUIT EN COURT

Après la saison d’été et de début d’automne où l’opulence est de mise sur les fermes maraîchères, vient l’hiver avec sa gamme plus réduite de légumes. Il est primordial d’avoir sous abris des légumes frais qui amèneront un peu de verdure dans les paniers et sur les étals et compléteront la gamme des légumes de conservation.

Pour des légumes comme la blette ou l’épinard, supportant plusieurs coupes, un nombre limité de séries peut suffire. Dans le cas de la blette par exemple, la série plantée en septembre peut supporter une première coupe à l’automne puis une seconde en février/mars. Plusieurs séries de navet sont également possibles. Un semis par mois en octobre/novembre/décembre/janvier permet d’avoir une production étalée de février à avril. Chez certains maraîchers, les plantations de salades sous abris sont réalisées jusque mi-octobre, pour des récoltes en janvier puis reprises en janvier pour des récoltes en février/mars. Les dernières séries sous abris sont plantées fin février avant de passer en plein champ. D’autres maraîchers plantent des salades sous abris tout l’hiver. Toutefois, les plantations réalisées en novembre/décembre ne sont pas toujours belles et doivent parfois être commercialisées sous forme de mesclun. Dans tous les cas il est important de choisir des variétés adaptées au créneau de plantation.

LES LÉGUMES DE PRINTEMPS, PÉRIODE CRITIQUE SUR UNE FERME MARAÎCHÈRE DIVERSIFIÉE

En mars, avril, mai, on arrive à la fin de la période de conservation des légumes d’hiver. De plus, les légumes primeurs arrivent à peine. Pour limiter ce creux, les mises en culture sont à anticiper parfois dès l’automne. Ne pas oublier que mâche ou radis sont des cultures implantées pour l’hiver qui peuvent être récoltées jusqu’en avril.

La mise en place de certains légumes (oignon blanc, blette, éventuellement betterave, carotte, fève) s’anticipent dès les mois de septembre/octobre. Des semis d’automne pour la carotte peuvent permettre de gagner une quinzaine de jours par rapport à des mises en culture de janvier/février/mars. La fève ou le petit pois peuvent être semés directement ou plantés après avoir été semés en godets. La plantation assure une meilleure reprise dans les terres lourdes et parfois froides ainsi qu’un meilleur contrôle de la levée. L’oignon blanc peut être planté de septembre à fin février et ainsi être récolté de novembre à mai. Toutefois, la demande la plus forte sera au printemps, en mars/avril. Pour la plantation d’automne, penser à couvrir la culture avec un voile pour la protéger contre le froid. La mise en place de pommes de terre primeurs sous abris est intéressante d’un point de vue commercial. Attention toutefois car il s’agit d’une solanacée, famille que l’on retrouvera majoritairement parmi les cultures d’été. Les mises en culture de janvier/février voire début mars concernent les légumes primeurs qui seront récoltés en mai/juin (betterave, brocoli, courgette, fève, haricot, petit pois…). Après ces cultures la mise en place de légumes d’été est difficile. C’est le moment de réfléchir à la mise en place d’engrais verts.

LES LÉGUMES D’ÉTÉ

Les légumes d’été sont souvent les premiers auxquels on pense lorsque l’on réfléchit aux cultures à mettre sous abris. Ils peuvent représenter dans certains cas une part importante du chiffre d’affaire de la ferme mais sont aussi les cultures qui ont les charges les plus importantes (lutte biologique, main d’œuvre…).

La tomate et l’aubergine peuvent être plantées en deux séries afin d’étaler les récoltes sur une plus longue période. La toute première série de tomate fin mars est à envisager dans les zones côtières, moins sujettes au gel. Cette première série peut permettre de gagner en précocité si les plants sont assez robustes à la plantation et le sol suffisamment réchauffé (ceci est vrai pour le melon également). Pour le poivron et le concombre, bien que possible, la plantation de plusieurs séries est moins généralisée. Pour toutes les cultures mais particulièrement le melon, prévoir les mises en culture en fonction des possibilités de commercialisation en saison (suivant les secteurs, en zone périurbaine, la clientèle peut être moins importante l’été). La période de fin d’été/début d’automne est une période clé dans la gestion des cultures sous-abris. En effet, les cultures d’été (tomate, poivron, concombre…) sont souvent toujours productives et la tentation est grande de les garder en place le plus longtemps possible. Si la surface sous abris est limitée, il est important de penser à en enlever une partie pour pouvoir mettre en place les légumes d’hiver. Il s’agit également de la période de plantation des légumes qui permettront de limiter le creux de production au printemps. Le gain de chiffre d’affaire réalisé avec les cultures d’été tardives ne compensera pas forcément la perte qu’une gamme trop restreinte peut engendrer en hiver. Le manque de diversité dans les paniers hivernaux est souvent la cause des désinscriptions des adhérents dans les systèmes AMAP.

Inscription à notre Newsletter

Recevez les mises à jour sur nos actualités, promotions et articles utiles